- Des travaux d’excavation dans les pâturages. Pour le socle seul: 400 m3 d'acier et de béton sont injectés définitivement dans le sol (1’000 m3 pour des très grands modèles d’éoliennes – 140 m au rotor)., pieux métalliques plantés jusqu’à des profondeurs pouvant aller jusqu’à15m Ainsi pour ce projet, soit 4 éoliennes, représente 1600 m3 de béton armé.

 

- Divers terrassements : pour la plateforme et la voie d’accès car généralement les lieux potentiels ne sont pas desservis ou alors par des routes étroites et des chemins de terre. Il serait intéressant de calculer la surface bitumée et bétonnée cumulée que l’installation de dizaines de machines représente.


- Tranchées pour les lignes électriques souterraines nécessaires à l'acheminement et au raccordement de l'électricité.

 

-Camions spéciaux jusqu’à 120 tonnes pour se rendre dans ces lieux choisis etc. (d’où la nécessité de routes larges et « solides »...).


- Construction de voies d’accès de 4.5 m – 5 m de largeur, ainsi que de routes reliant les machines d’un parc entre elles.

 

A noter que l’augmentation des routes d’accès en pleine nature risque de générer automatiquement un nouveau genre de trafic motorisé (par ex. quads, motos, etc. qui profitent de ces nouvelles « pistes ») dans des lieux relativement préservés de toute circulation jusqu’alors. 

 

Il est a noter que l'implantation d'éoliennes industrielles dans notre pays ne génère  absolument aucuns emplois car il n'y a aucuns constructeurs en Suisse et que toute l'installation et la maintenance est assurée par les constructeurs (Allemands, Anglais etc...) eux-mêmes. !!!!